Les Grandes Fêtes Médiévales de Saillon 2019

0

LE GRAAL

Les deux dernières éditions des fêtes médiévales de Saillon ont mis en lumière deux personnages illustres de la maison de Savoie : Amédée VIII et Amédée IV, dit le Comte Vert. La IX édition des fêtes aura en son centre un objet mythique, pour ne pas dire essentiel, qui porte en lui la quintessence de la civilisation occidentale. Vous avez évidemment reconnu le Graal.

Ce graal, symbole d’un savoir perdu, peut être retrouvé par deux voies que désigne le sous-titre des fêtes : entre sapience et folastrie (entre savoir et folie).

La voie traditionnelle, la voie noble, voire christique, c’est le chemin chevaleresque .

Le Graal dès le XII siècle devient le calice mystique dans lequel Joseph d’Arimathie recueille le sang du Christ lorsqu’il le met au tombeau. Ce sang mystique, comme dans la communion liturgique chrétienne, donne le salut et, par conséquent, recèle en lui un savoir précieux. Mais ce calice du temps biblique s’est perdu en orient et se trouve quelque part en occident. Les chevaliers de la table ronde de l’illustre roi Arthur se mettent en recherche, en quête de l’objet, de son pouvoir et de son savoir perdu. Seul le meilleur chevalier du monde peut devenir le gardien du Graal et obtenir ce vase d’abondance, synonyme de guérison, de salut et de bonheur.

La voie du rire.

Mais une autre voie s’ouvre aussi pour atteindre le Graal, chemin de traverse s’il en est, c’est celui du rire, de la comédie, d’une certaine folie. Le fou du roi devient le porteur de vérités profondes. La renardie met la ruse au premier plan et l’animal devient plus subtil que l’humain. La voie de la comédie, de la farce, du carnavalesque conduit aussi, par contours, vers le savoir le plus sublime, vers le sens à trouver dans le sang du Graal.

Lançons-nous donc dans cette quête sublime entre sapience et folastrie sur le chemin du Graal !

Partager

Les commentaires sont fermés.